Astrophysique et grands lasers

par Jean-Pierre CHIÈZE

Conférence du Mercredi 21 janvier 2004 à 21 h, à la salle Muséum d'Histoire Naturelle de Nantes



Produire dans un laboratoire des plasmas dans des conditions extrêmes de densité et de température, comme celles qui prévalent dans de nombreux objets de l'univers, sera possible très prochainement grâce aux installations en cours de réalisation dans le cadre du programme Simulation. Lorsqu'il sera achevé non loin de Bordeaux, en 2009, sur le site du Centre d'Études Scientifiques et Techniques d'Aquitaine du CEA (CESTA), le laser Mégajoule (LMJ), grand instrument conçu pour l'exploration de la fusion thermonucléaire par confinement inertiel, constituera un véritable laboratoire des conditions extrêmes, disponible une partie du temps pour les recherches propres de la communauté académique. L'organisation des activités scientifiques fondamentales menées dans les domaines des lasers et des plasmas est dévolue à l'Institut Lasers et Plasmas (ILP), récemment créé. Une place importante est réservée aux recherches portant sur différents volets de l'astrophysique. Il est non seulement possible, grâce aux grands lasers, d'évaluer les propriétés fondamentales des plasmas statiques, denses et chauds, mais également d'analyser leur comportement dans des conditions dynamiques voisines de certains phénomènes astrophysiques, et de tester les codes numériques modernes dédiés à l'étude de ces processus, tant au laboratoire qu'en astrophysique. Des avancées importantes sont attendues dans de nombreux domaines.