SANMissions à l'observatoire d'AstroQueyras > Mission du 14 au 22 juillet 2001 à l'observatoire d'AstroQueyras Contacts Zone adhérents

Mission du 14 au 22 juillet 2001

Cette nouvelle mission à l'observatoire, dans laquelle quatre personnes sur les six membres de l'équipe allaient découvrir le site, était la deuxième de l'année pour la SAN. La montée s'est effectuée sans difficulté le samedi. En effet, les névés qui avaient bloqué l'équipe précédente avaient en partie fondus et nous sommes donc arrivés, en véhicules, jusqu'à l'observatoire sans avoir à porter ni les bagages, ni les provisions de nourriture. Par contre notre sixième coéquipier allait connaître une expérience toute différente.

Arrivée du retardataire sous un ciel du juillet...

Son arrivée était attendue pour le dimanche après-midi. Et si le temps avait déjà été très moyen pour la fin du samedi, il était redevenu correct le dimanche. Nous avons fait connaissance avec l'observatoire et commencé à préparer les observations du soir en attendant que notre camarade arrive. Juste avant sa montée, il a pris la précaution de nous appeler pour savoir si les conditions météorologiques étaient bonnes là-haut et si la montée à pied ne comportait aucun risque. Sûrs de nos informations, nous lui avons dit que tout était bon, mais le temps change vite en montagne... Belle leçon pour nous tous puisqu'en plein milieu de son ascension, un superbe orage a éclaté : pluie, vent, éclairs et surtout neige... Nous avons vu arriver, avec un peu de retard un coéquipier épuisé, frigorifié et surtout pas équipé pour de telles conditions. Heureusement tout s'est bien terminé. La montagne nous a encore appris qu'elle n'avait pas de saisons. Des conditions hivernales peuvent vous surprendre à tout moment, même en plein mois de juillet... Donc méfiance et sécurité avant tout !

L'équipe de la SAN dans la salle de contrôle

Cette semaine ne fut pas une grande réussite au niveau météo puisqu'il a fallu attendre le vendredi et le samedi pour avoir deux belles nuits d'observations et travailler sur les nébuleuses diffuses. Nous avons eu, en plus, quelques morceaux de nuit par-ci par-là, certaines ayant été consacrées au visuel. Pour garder le rythme et rester vigilants au cas où un coin de ciel se dégagerait, nous dormions le jour et nous entamions la nuit des parties endiablées de tarots ou de jeux de société. Bonne ambiance garantie ! Par contre, chaque matin, nous avions un superbe alignement : Mercure, Jupiter, Vénus et la Lune. Puis également, petite montée matinale au pic pour assister au lever du Soleil et apercevoir le rayon vert et le rayon bleu. Quel spectacle !

Tout le monde finira par entrer...

Sinon, comme pour chaque mission, nous avons accueilli les touristes désirant visiter gratuitement l'observatoire. Nous sous sommes alors transformés, pour un temps, en guides. Pas toujours facile pour nous quand la nuit a été courte puisque les premières visites commençaient dès 14 h. Par contre un véritable succès, avec des journées avec beaucoup de public : l'observatoire n'étant pas extensible, il faut attendre que les premiers visiteurs, qui sont déjà à l'intérieur, sortent avant que les autres puissent entrer dans la coupole, l'attente se faisant dans la bonne humeur. Ces visites sont le lieu d'échanges sympathiques avec des gens qui ont bien du mal à admettre que nous ne sommes que des bénévoles en vacances. On nous a même offert le dernier paquet de gâteaux de la famille en remerciement de la visite !

Au cours de la nuit de samedi, nous pointons sur Gliese 876, étoile naine rouge autour de laquelle il a été détecté la présence de deux exoplanètes. Le but était donc de détecter un transit d'exoplanète par la méthode photométrique, c'est-à-dire mesurer la baisse de luminosité de l'étoile lors du passage de la planète devant son disque. Les résultats furent négatifs, il faut dire que la probabilité d'observer le phénomène était quasi nulle, surtout en un quart d'heure d'observation... On avait bien le droit de rêver en cette fin de semaine.

L'équipe de la SAN ainsi que Guy MOREELS, sa femme et son thésard

Autre expérience intéressante puisque nous partagions l'observatoire avec Guy MOREELS, astronome professionnel qui observait avec son doctorant directement au pic (brrr ! fais pas chaud !) dans le proche infrarouge (radical OH de l'atmosphère). Cette rencontre nous a valu des échanges passionnants. Guy MOREELS ayant eu la gentillesse de s'intéresser à nos travaux et la patience de nous faire partager les siens. Homme chaleureux qui n'a pas hésité à jouer avec nous aux jeux de société quand le temps était trop mauvais.

Nous partons tous de l'observatoire avec l'envie de revenir au plus vite, car moins de trois nuits de ciel dégagé, cela nous a laissé sur notre fin.

Deux programmes ont été réalisés lors de notre présence à l'observatoire du 14 au 22 juillet 2001 :

  • Étoiles variables (photométrie d'étoiles variables de type RR Lyrae et proto-nébuleuse planétaire afin d'obtenir les profils de luminosité)
  • Nébuleuses diffuses (mise en évidence des principales structures de nébuleuses diffuses)