SANMissions à l'observatoire d'AstroQueyras > Mission du 17 au 23 février 2002 à l'observatoire d'AstroQueyras Contacts Zone adhérents

Mission du 17 au 23 février 2002

L'équipe de la SAN devant le Mont Viso

Après cinq missions estivales à l'observatoire d'AstroQueyras, une première mission hivernale fut organisée en février 2002. L'équipe était composée de six adhérents de la Société d'Astronomie de Nantes, tous étant déjà montés en été.

Ce début de mission fut placé sous le signe de la neige. Un manteau neigeux instable d'une épaisseur de cinquante centimètres et de forts risques d'avalanches nous empêchèrent de monter le samedi comme prévu initialement, et notre montée à l'observatoire fut donc différée au dimanche.

L'entrée de l'observatoire sous la neige

Accompagnés d'un guide de haute montagne durant les quatre heures de montée en ski de randonnée (en principe, il faut une heure pour se rendre au sommet lorsque toutes les remontées mécaniques sont opérationnelles, ce qui ne fut pas le cas), nous arrivons le dimanche à l'observatoire pour le découvrir sous un beau manteau neigeux de quelques dizaines de centimètres d'épaisseur.

Le Mont Viso

Le lundi restera la plus belle journée de la semaine. Levés sous un soleil radieux, nous décidons de monter au Pic de Château-Renard pour admirer le panorama. Là haut, la vue est indescriptible, entourée de multiples montagnes enneigées, nous admirons ce panorama trois étoiles.

Le reste de la semaine restera dans les mémoires comme un sympathique apprentissage de la vie à l'observatoire en hiver avec toutes ses contraintes environnementales. Tout d'abord, lutter contre le froid, les températures descendant vite au coucher du soleil et peuvant atteindre entre - 10 °C et - 15 °C (maximum atteint durant une nuit). Ensuite, lutter contre les chocs thermiques car passer d'une salle chauffée à 20 °C à une température extérieure de - 10 °C arrive fréquemment.

Quand gastronomie rime avec astronomie

L'absence d'eau courante nécessite de faire fondre la neige pour les besoins ménagers courants. Pour manger, nous avons subsisté essentiellement grâce aux réserves de nourriture que nous avions monté à l'observatoire l'été précédent, ce qui ne nous a pas empêché pas de faire d'excellents repas !

La neige reste aussi un paramètre important à prendre en compte, en particulier pour les observations astronomiques. En effet, dès que le vent se lève, nous sommmes bien souvent obligés de fermer la coupole afin d'éviter que la neige ne se dépose sur le télescope et son miroir.

Cette semaine restera un grand souvenir. Comblés, nous quittons la station samedi matin et retrouvons les pistes de skis pour une descente vers le village de Saint-Véran.

Le but de cette semaine était principalement de découvrir la vie à l'observatoire en hiver. Cependant, quelques images ont été réalisées lors de notre présence du 17 au 23 février 2002 :